Découvrir
un quartier d’art

Toutes les rues, coins et recoins des quartiers de la Rome antique sont gravés, imprégnés, par l’histoire et l’art.

Nous nous trouvons dans le Rione ponte, L’empereur Hadrien le fit construire en l’an 134, afin de pouvoir rallier son mausollée au reste de la cité, il doit son nom à la présence du chateau St Ange et il restera pendant longtemps l’unique voie d’acces vers Saint Pierre.

Il B&B All’Orologio se situe dans le coeur du Rione, dans la Via dei Banchi Nuovi qui correspondait initialement, à l’ancienne “via Pontificia”, nommée ainsi en raison du passage du Pape, qui de Saint Pierre, accompagné d’un très important cortège, rejoignait la basilique de San Giovanni in Laterano.

Rue des notaires, marchand d’arts, commerçants qui justement présentaient et vendaient leus marchandises, la rue prit le nom de Banchi nuovi à l’occasion du transfert de la zecca ponticio (hotel des monnaies) dans l’mmeuble voisin de la “banco santo spirito”. C’est ici qu’à partir de ce moment les banquiers ouvrirent leurs bureaux de change.

Bien des noms vous interpelleront comme peut être celui de Carlo Maderno, grand architecte de l’époque baroque auteur de la façade et de la nef longitudinale de la basilique st Pierre. L’on peut voir une plaque en son souvenir et sa commemoration dans l’immeuble où il vivait.

A noter la proximité de la Basilique St Pierre et du chateau St Ange. C’est à quelques mètres en effet que l’on peut traverser le fameux pont qui nous amène vers l’entrée du chateau, appelé aussi Mole Adriana (Mausolée d’ Hadrien) dont l’histoire est très étroitement liée à celle pontificale.
C’est de la terrasse de l’antique mausolée, dominée par l’ange de bronze, que l’on peut observer le couloir long et étroit appelé “il passetto” qui fait le lien entre le chateau et la basilique st Pierre considérée comme le centre mondial de la chrétienté.

Cette oeuvre monumentale s’ouvre vers la ville avec une embrassée de colonnes crée par Bernini et culmine à 136 mètres de haut avec une coupole construite par Giacomo Della Porta sur les plans de Michelangelo. De sa partie la plus haute une vue à couper le souffle, avec le Tibre bordée d’arbres qui suit son lit, les toits de la villes, ses terrasses, les multiples coupoles des innombrables églises de la ville quelques 900 et bien sur les monuments historiques.

Revenons à la “via dei banchi nuovi” et plus précisément à deux pas du B&B All’orologio, nous arrivons sur la petite place que surplombe la grande horloge installée sur la tour du “Convento dei Filippini” sous le cadran de l’oeuvre de Borromini une superbe mosaïque de Pietro da Cortona représentant la Vierge et l’Enfant. L’immeuble tel qu’il est actuellement est le fruit de la restauration faite par l’architecte Gaetano Koch au XIX siècle.

Pour ceux et celles qui ont envie de scènes et de rideaux, dans les souterrains de l’immeuble le théatre dell’orologgio de petite taille, mais qui depuis vingt cinq ans propose une très bonne programmation culturelle.

Une fois que vous avez passé la place, vos regards se dirigeront vers la fresque du XVIII de la Vierge et l’Enfant oeuvre d’un disciple de Boromini.

Nous voilà dans la Via del Governo Vecchio.

Ici impossible de ne pas tomber sur la longue file des personnes qui attendent devant les anciennes pizzerias parmi les plus caracteristiques de Rome. Mais il y a aussi dans cette rue les “trattorie” encore peu connues et non répértoriées dans les guides touristiques dans lequelles vous pourrez découvrir les saveurs de la cuisine romaine.

Vous trouverez en outre les très rafinés bar à vins prêts à satisfaire les palais les plus exigeants. De même les lounges bars et autres bistrots proposent aperitifs cocktails.
La rue est aussi constellée d’anciennes librairies, de boutiques élégantes.

Dans un registre plus culturel, l’endroit offre l’interressant témoignage de l’expression de la voix du peuple romain, faite d’ironie et de sarcasme: la statue de Pasquino. Il s’agit d’une des fameuses statues parlantes de Rome qui remonte au III siècle Avant JC où l’on venait la nuit tombante reciter en vers le temoignage du mécontentement du peuple envers le pouvoir.

Encore quelques pas et apparait de façon innatendue l’immense et très célèbre place Navona...

... un vrai concentré d’art avec des éléments architecturaux et historiques qui en ont fait le symbole de la Rome baroque. Les oeuvres de grand maîtres y sont présentes: de Gian Lorenzo Bernini pour la fontaine des quatres fleuves au centre de la place...

... à Francesco Borromini et Girolamo Rainaldi auteur de l’église de Sant’Agnese in Agone.

En continuant vers la partie opposée, en sortant pour un moment du rione Ponte, nous arrivons sur le Corso Vittorio Emanuele. D’ici il est possible de rejoindre Campo dei Fiori, place très attrayante qui accueille depuis 1869 un marché ouvert très vivant et coloré. L’atmosphère très polulaire du matin change radicalement le soir, en effet la place se transforme en un lieu privilégié de rencontres entre jeunes personnes, étrangers et romains.

Nombreux sont les endroits où vous pourrez apercevoir ça et là, une librairie, un glacier ou un petit cinéma. Prendre un apéritif dans un des pubs ou bars à vins de la place “campo dei fiori” est un incontournable de la jeunesse romaine.

Enfin à deux pas de Campo dei Fiori, la Piazza Farnese: son immeuble de style renaissance est le siège de l’embassade de France, la place est un lieu idéal pour prendre un café et jouir d’une atmosphère unique, entre l’ancien et le moderne, que Rome peut offrir à quiconque est disposé à vivre un temps dans lequel se superposent harmonieusement et de façon indissoluble le passé et le présent.